À l’heure actuelle, la vie de l’entreprise est rythmée par les changements. C’est la raison pour laquelle le leadership moderne repose en partie sur la capacité d’un dirigeant à concrétiser un projet de changement. En outre, la gestion du changement devrait être perçue comme un ensemble d’attitudes en apparence opposées.  En tant que leader, la connaissance de ces différentes façons d’agir et leur maîtrise sont primordiales. Mais aussi, vous avez besoin de savoir choisir le comportement le plus adapté à tel ou tel contexte.

En dépit de la difficulté qui accompagne sa mise en œuvre, un changement est parfois envisagé dans l’urgence. Pour que l’opération réussisse, il ne suffit pas de faire appel aux compétences. Il est également indispensable de valser avec différents traits de caractère.

Le but de cet article est de vous fournir des outils pratiques. Ils vous serviront à déployer, dans votre quotidien, un leadership parfaitement adapté à ce Monde en perpétuelle mutation qui caractérise l’époque actuelle. D’une part, l’article traite des continuums du changement. D’autre part, il démontre la nécessité d’analyser une situation avant de prendre une quelconque décision sur le comportement à tenir.  Plus précisément, ce billet vous présente chaque continuum des conduites qu’un dirigeant d’entreprise devrait avoir s’il désire mener à bien une opération de changement. Il s’achève sur un guide qui vous aidera à déterminer le type de comportements à adopter dans une situation donnée.

La dichotomie du changement

L’introduction d’un changement organisationnel forme un processus qui doit toujours débuter dans l’esprit de vos employés. Une fois que vous parvenez à changer la manière dont ils pensent, ils commenceront à travailler différemment. À partir de là, vous n’aurez aucun mal à mettre en œuvre votre stratégie d’entreprise.

Malheureusement, ce n’est pas une mince affaire, car l’Homme est naturellement récalcitrant aux changements. En tant que dirigeant, vous ne devez pas vous laisser intimider par cette réticence. Au contraire, efforcez-vous à convaincre vos employés d’adhérer à votre vision. Tout bien considéré, la conduite d’un changement relève, dans une large mesure, du domaine psychologique. Autrement dit, sachez influencer et motiver votre équipe, sinon, vous échouerez.

Les dirigeants n’éprouvent souvent aucune difficulté à identifier et à expliquer de façon rationnelle la nécessité d’un changement. En revanche, beaucoup estiment que la capacité à créer des liens affectifs avec les employés relève du développement personnel et non d’un raisonnement rationnel. Il en est de même de l’aptitude à inspirer les salariés. À la vérité, cette distinction est superficielle. S’il est vrai que l’instauration d’un changement requiert un esprit rationnel, les aspects psychologique et émotionnel de la démarche ne doivent pas être négligés.

Tout dirigeant compétent comprend que son comportement influence celui des membres de son équipe. C’est en ce sens qu’il se concocte un vaste éventail d’attitudes variées. De plus, pour chaque situation donnée, il sait lesquelles il doit adopter.

Comment maîtriser les 5 continuums du changement ?

Les 5 Continuums du changement décrivent les comportements capables d’influencer et de motiver les personnes dans différentes situations : lors de la création d’une stratégie, lors de la gestion des tâches, lors de l’encadrement de l’équipe, lors d’un leadership interpersonnel, lors de la poursuite de l’objectif.

1ère compétence clé en matière de leadership : savoir créer une stratégie

Comportements indiqués pour gérer efficacement un changement : trouver des idées révolutionnaires tout en restant réaliste.

Les dirigeants sont prêts à remettre en question « l’ordre établi » et à redéfinir les normes qui prévalent dans l’entreprise. Dans le même temps, ils restent prudents et définissent les limites à ne pas franchir lors de l’instauration du changement. Ils ont également l’obligation de se baser sur le raisonnement logique, l’analyse des faits et l’exploitation des données pour trouver des solutions rationnelles et fructueuses.

2ème compétence clé : savoir diriger des activités

Comportements à adopter : faire preuve de pragmatisme tout en laissant parler son imagination.

Conduire le changement nécessite souvent d’être pragmatique, d’être persévérant et d’être soucieux de fournir davantage d’efforts après chaque échec. C’est au nom de ce pragmatisme que les dirigeants incitent leurs équipes à passer à l’action. Pour ce faire, ils leur suggèrent des mesures concrètes qu’elles doivent prendre pour parvenir aux résultats attendus sur l’organisation de l’entreprise. Les suggestions sont données dans le cadre d’une démarche proactive. En contrepoint, les dirigeants doivent introduire de nouvelles méthodes de travail, novatrices de surcroît. Le but est d’améliorer le fonctionnement actuel de l’entreprise.

3ème compétence clé : savoir gérer les personnes

Comportements à adopter : adopter une approche directive tout en appliquant une démarche inclusive

Les dirigeants répartissent les tâches de chacun. Ils définissent avec précision les objectifs, les rôles, les responsabilités et les échéances. Ils n’hésitent pas à faire preuve de fermeté et à mettre leurs collaborateurs sous pression. Dans le même temps, ils sont réceptifs aux idées des membres de leurs équipes et s’assurent de leur participation active. Ils les responsabilisent, les incitent à s’améliorer personnellement et à se perfectionner professionnellement. Au passage, cette démarche permet de repérer les talents au sein l’entreprise. Ces derniers « alimenteront » le vivier des futurs dirigeants de l’entreprise.

4ème compétence clé : savoir appliquer un leadership interpersonnel.

Comportements à adopter : influencer le personnel tout en créant un lien de proximité.

Les dirigeants possèdent des arguments convaincants. Ils s’érigent en modèles et encouragent ceux qu’ils dirigent à faire comme eux. Ils respectent rigoureusement les règles établies et prennent au sérieux les missions qui leur sont confiées. Ils persuadent les autres de suivre leur pas en étant directifs et en acquérant leur confiance. C’est en procédant ainsi qu’ils progressent sur le calendrier.

Parallèlement, les dirigeants veillent à rester proches de leurs employés afin d’accroître leur engagement. Ils unissent les individus, ils sont à l’origine de consensus et ils créent des situations gagnant-gagnant.

5ème compétence clé : savoir instaurer un environnement qui ouvre la voie vers l’atteinte des objectifs

Comportements à adopter : se focaliser sur l’objectif tout en réfléchissant aux procédures les plus appropriées.

Les dirigeants sont extrêmement motivés et désireux d’atteindre les objectifs fixés, voire de faire mieux. Ils sont déterminés, ils sont tenaces et ils sont rigoureux. C’est la raison pour laquelle ils obtiennent les meilleurs résultats organisationnels possibles, et ce, quelles que soient les circonstances. En outre, malgré les obstacles éventuels, ils fournissent un travail de qualité en étant ponctuels. Enfin, ils sont conscients qu’ils peuvent mieux faire en collaborant avec les autres acteurs du projet, à condition que leurs visions soient compatibles.

Les comportements décrits précédemment stimulent l’enthousiasme des salariés. Ils les encouragent aussi à adhérer aux idées de leurs dirigeants. Le défi pour ces derniers est de déterminer quelle conduite sera la plus à même d’instaurer le changement dans une situation particulière. L’unique solution est de s’adonner à une évaluation holistique du contexte et des personnes que vous souhaitez influencer. Voici comment procéder à cette évaluation.

Comment choisir le comportement le plus adéquat ?

Ce qui singularise un dirigeant efficace, c’est sa faculté à jauger correctement une situation. En analysant avec pertinence les besoins changeants de l’entreprise et ceux de son personnel, les dirigeants deviennent capables de choisir judicieusement et d’adopter un comportement adapté à l’évolution des circonstances. Comment pouvez-vous affiner votre capacité à juger une situation donnée ?

Certes, quelques dirigeants se contentent de se fier à leurs intuitions. Cependant, dans leur majorité, ils établissent un cadre d’analyses, simple mais complet, des situations dans lesquelles ils sont plongés. Il existe cinq facteurs situationnels qui ont une portée considérable sur l’efficacité des comportements adoptés par le dirigeant : l’étendue du changement ciblé, l’urgence du changement, le niveau de compétence des personnes à influencer, leur niveau de motivation, leurs personnalités. En vue de choisir le comportement le plus approprié pour l’exercice du leadership dans un contexte particulier, analysez chacun de ces facteurs.

Lire l’article en anglais