N’importe quel professionnel sensé et expérimenté peut le confirmer : une entreprise en activité depuis longtemps, à la performance éprouvée, est difficilement métamorphosable en un berceau d’innovations. La réussite de la transformation relève d’un véritable tour de force. Si la démarche était aisée, un grand nombre de ces structures existant depuis des lustres se seraient modernisées à la vitesse de l’éclair.

Néanmoins, il est juste de préciser que certaines parties du processus de modernisation sont faciles à mettre en place. De toutes les façons, ces difficultés ne sont pas un obstacle pour la plupart des dirigeants soucieux de la pérennité de leurs activités. À la vérité, ces chefs d’entreprise sont motivés à l’idée de venir à bout des problèmes épineux. Pour ce faire, ils procèdent en plusieurs étapes, chacune constituant un objectif de victoire rapide et facile. La démarche est dynamique et permet de mettre progressivement en place une solution fiable.

Un projet d’innovation au sein d’une entreprise revêt 3 aspects : trouver et définir l’innovation, financer l’innovation, former des équipes chargées de donner vie à l’innovation. Toutes les personnes qui sont appelées à diriger un tel programme doivent garder à l’esprit ce trio. Le présent billet explique le cheminement intellectuel (et stratégique) au bout duquel surgit l’idée ingénieuse à l’origine de l’innovation. Par la même occasion, il met en lumière les difficultés qui parsèment le parcours tout en mettant en exergue les angles faciles à attaquer.

La problématique, à laquelle répond cet article, peut être formulée de la manière suivante : comment trouver de nouvelles idées, révolutionnaires de surcroît, capables de favoriser la croissance organique de l’entreprise et d’apporter un nouveau souffle à celle-ci ?

La complexité de la démarche

Si une entreprise a prospéré avec le temps, et continue d’afficher une performance correcte, c’est parce que son offre a su captiver l’attention du public. Autrement dit, ses produits ou ses services ont été impressionnants, dès l’origine ou à un moment au cours de son existence.  En somme, elle a su déployer une innovation qui a marqué et séduit les consommateurs, qu’ils soient professionnels ou privés. Toute la difficulté consiste donc à trouver la partie de l’innovation déjà apportée qui mérite d’être innovée.

Pour parler plus précisément, lorsque l’on est en quête d’une idée innovante, la grande erreur est de vouloir créer cette innovation dans un but précis : celui de faire mieux que ce qui a été réalisé depuis. Bien qu’elle soit primordiale, l’amélioration des produits ou des services commercialisés par l’entreprise ne constitue pas une innovation remarquable. Le perfectionnement peut même passer inaperçu ! De même, c’est une perte de temps de vouloir surpasser en qualité les réalisations des leaders du secteur dans lequel l’entreprise évolue ou celle des acteurs qui dominent le marché sur lequel l’entreprise souhaite se lancer.

Si Netflix est aujourd’hui une enseigne prospère, ce n’est pas parce qu’elle sait mieux classer et exhiber les films que Blockbuster Video. C’est parce qu’elle a conçu une solution de mise à disposition de vidéos en totale rupture avec le système classique : sa solution est révolutionnaire, mais en plus, elle améliore le confort des consommateurs. Autre exemple, les moteurs à essence créés et constamment améliorés par BMW sont incroyablement solides. Ce n’est donc pas sur ses moteurs que le constructeur développera ses prochaines innovations.

Comment identifier le domaine à creuser pour extirper la prochaine innovation de l’entreprise ? A.G. Lafley, l’ancien directeur général du groupe Procter & Gamble, apporte un élément de réponse en se basant sur le produit-phare de la marque, c’est-à-dire, les détergents Tide. L’idée de la prochaine innovation Tide a émergé de l’observation des clients en train de faire leur lessive. Grâce à cette observation sur terrain, Procter & Gamble a réalisé que pour fidéliser et élargir sa clientèle, il était crucial d’innover l’emballage des produits Tide. Ces derniers étant déjà excellents, il était inutile de toucher à leurs formules.

Une entreprise qui offre des produits ou des prestations d’une qualité quasi irréprochable n’a pas intérêt à chercher à innover son catalogue d’offres. Ce n’est pas là qu’elle décèlera l’opportunité de développer une innovation majeure. Voilà toute la difficulté, la complexité de la démarche.

Un processus facile par certains aspects

L’équipe ou la personne en charge de trouver une innovation fait impérativement preuve d’une curiosité diligente. Ce trait de caractère lui permet de surveiller attentivement et méticuleusement les clients de l’entreprise lorsqu’ils utilisent les produits ou qu’ils ont recours aux services. Ce n’est pas compliqué d’affiner cette curiosité puisque seulement deux conditions sont requises pour y parvenir. D’une part, il est nécessaire de décortiquer, ou plutôt, de décomposer le comportement du consommateur au moment où il se sert de l’article fabriqué par l’entreprise (ou de la prestation qu’elle conçoit). D’autre part, une descente sur terrain est indispensable.

L’idée principale est de déterminer tout ce qui, essentiellement, importe pour le consommateur. À ce stade, la démarche est obligatoirement objective, c’est-à-dire, elle ne tient pas compte de la production de l’entreprise. Les besoins fondamentaux du public, ou ses désirs, au moment où il s’adonne à l’action pour laquelle le produit ou le service a été conçu sont passés au peigne fin. L’analyse conduit alors à un ensemble de scénarios qui constituent des problèmes auxquels il convient de donner des solutions. Ces dernières sont des innovations potentielles.

L’observation est opérée à deux niveaux : par un questionnaire envoyé aux clients et par un suivi sur terrain. En effet, il arrive que les réponses théoriques ne correspondent pas totalement à la réalité des situations. L’expérience de Procter & Gamble illustre cet écart. La marque avait organisé une enquête de satisfaction écrite concernant les lessives Tide. Les personnes interrogées avaient indiqué que les boîtes contenant les détergents étaient correctes et satisfaisantes. C’est en regardant des clients se servir du produit que l’équipe de Tide se rend compte qu’il faut utiliser un tournevis à tête plate pour réussir à ouvrir correctement la boîte. Ce constat a créé une ouverture vers une innovation à développer.

Le voyage vers un produit ou un procédé ingénieux

Les petits scénarios, dont il était préalablement question, révèlent des problèmes auxquels sont confrontés les consommateurs. Les moyens de faire face à ces préoccupations existent déjà. L’entreprise doit connaître et comprendre quels sont-ils, quels sont les plus répandus et quels sont les plus sollicités par le public. En les répertoriant et en les analysant, l’entreprise finit par découvrir les points faibles de ces solutions, ce qui les rend moins commode. Ceux-ci forment leurs tickets d’entrée aux opportunités pour concevoir des innovations capables de captiver l’attention du public. Un rigoureux travail de réflexion, nourri par une grande curiosité intellectuelle, permet de progressivement mettre au jour de nouvelles solutions qui n’ont rien à envier aux autres.

Tout bien considéré, pour être à l’origine d’une innovation révolutionnaire, une entreprise doit être en mesure de présenter un procédé différent du panel de techniques existantes. Mais surtout, la proposition de l’entreprise présente l’avantage d’être débarrassée des inconvénients qui singularisent la majorité des solutions visibles sur le marché. Ces remarques signifient que tous les problèmes ne donnent pas lieu à l’établissement d’une solution innovante, inédite, ayant la faculté de soulever l’enthousiasme du public.

Pour s’assurer que c’est le cas, il faut évaluer l’impact futur de l’innovation en se posant une question fondamentale : la solution innovante est-elle à ce point meilleur que les propositions déjà disponibles, tant et si bien que les consommateurs se rueront sur les produits de l’entreprise ? La réponse à la question constitue une hypothèse qu’il est primordial de vérifier avant de se lancer dans une quelconque conception matérielle de l’innovation.

Ce n’est pas facile de conduire une entreprise vers l’adoption de la philosophie présentée dans cet article. En revanche, il est possible de recruter des dirigeants curieux et débordants d’énergie qui n’auront aucun mal à s’engager sur cette voie. Avec de telles personnes placées aux postes de direction, les résultats positifs ne se font pas attendre et se succèdent. Ils alimentant la croissance organique et transforment progressivement la structure en un terreau favorable à la multiplication des innovations.

Lire l’article en anglais